J'ai quitté ce monde et je suis revenu transformé
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Passion et péché

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Passion et péché   Mar 9 Sep - 8:04

[En provenance de => Nouvelle vie dans un décor hivernal ]

Elle
est si effrayante sa maîtresse. Des crocs près à lui voler sa vie en un
instant, boire se sublime nectar de vie qu'est le sang des mortels.
Elle est si effrayante, si dangereuse, si monstrueuse, une vraie
meurtrière, mais pourtant il l'aime sa meurtrière, son monstre, non pas
un monstre, mais un ange déchu. Si belle, si douce, sans doute aucun
autre homme ne saurait dire la même chose d'elle. Si blanche, si
froide, mais au combien si parfaite. Le rêve d'un artiste, un œuvre
d'art ayant pris vie, bien que dans le cas présent il s'agissait tout
d'abord d'un simplement rêve, le rêve d'une femme, une déesse ou un
démon cela en va de sois. Le rêve d'une femme parfaite qu'il aurait
jamais pu croire possiblement réel. Elle est sa maîtresse et lui est
son amant. La sombre union entre l'enfant des ténèbres et celui qui
peut marcher le jour. Tant de nuit ou il a but et qu'elle a but de lui
par la suite, tout deux devenu ivre, ivre d'amour. Amour, passion, il
n'est qu'un repas en ce nouveau monde, mais il est sous la protection
de sa maîtresse et ne craint rien. Mensonge! À vrai dire il n'a jamais
été aussi effrayé de toute sa vie. Il ne s'agit pas de la peur de
mourir, mais plutôt la peur que l'on lui vole son cœur, que l'on lui
prenne sa maîtresse, son amour. Il tient à elle plus qu'il n'a jamais
tenu à personne - Novak n'a jamais tenu à personne, jamais il a
véritablement aimé, hormis elle - il la veut près de lui, il veut être
près d'elle.

Autant il avait peur, autant il désirait la
prendre, là, ici et maintenant. Être tendre avec elle alors qu'elle
s'amuserait à le tourmenter si cruellement. Consumer l'amour comme la
vive flamme qu'elle est, la vive flamme qui les habites tout les deux.
Ici ils sont maîtresse et esclaves, mais c'est comme au théâtre pour
eux, car en réalité ils sont amants, amoureux. Déjà ici est devenu pour
eux un lieu de mensonges, un lieu où leur amour semble être interdit,
cependant c'est le fait que leur amour est ici tabou qui les rends si
amoureux, si fou. Cet imprudence, cet audace que d'aimer l'autre, que
de désiré ce qui est interdit, tel est la nature des Hommes et les
Vampires ne doivent pas être si différents quand on y pense bien. La
maîtresse ressent le même désire que son amant. Si seulement ils
avaient droit à l'intimité, si seulement ils y avaient droit. Passer
une autre folle nuit comme la première nuit. Romantique, sensuelle,
violente et sanglant, mais une si magnifique nuit.

Perdu dans
ses bras, perdu dans ses yeux, il vogue à travers le temps sans s'en
rendre compte. Elle est toujours pareille, elle, sa belle. Toujours
aussi belle. Hier, aujourd'hui ou demain, elle me changera jamais, mais
lui c'est une autre histoire. Il vieillira comme n'importe qui d'autre,
sa peau ferme deviendra peu à peu celle d'un vieillard, sans doute
finira t-il par être sans intérêt pour Sarbesco. Il n'est qu'un mortel
après tout. Se songe effleura son esprit, ce qui n'était pas pour le
rassurer. Lui qui avait l'habitude d'être confiant... ou trop saoul
pour avoir peur, il était en cette nuit sombre et dans un monde tout à
fait nouveau où il pourrait la perdre. La perdre aux griffes d'un
immortel, un homme plus beau, plus fort, plus charismatique, avec plus
de classe, un homme plus comme elle. Il ne faut pas oublié que Novak
est qu'un petit peintre d'un quartier paumé de Montréal, il n'est pas
un grand artiste célèbre, un noble aristocrate. Durant un moment il
avait oublié tout ses craintes et désirait sa maîtresse et ne pensait à
rien d'autre, mais là. Plus il avait peur, plus il la désirait, car il
voulait faire d'elle sa possession. Jaloux, possessif, craintif tel un
animal.

Tout les deux voguèrent dans le Palais, sans doute
sans vraiment savoir où ils allaient, mais notre peintre suivait sa
maîtresse tout simplement. Il était muet depuis ses dernières paroles,
perdu dans l'océan infini de ses songes, dans le miroir sans fin des
yeux se sa maîtresse. Ils finirent par se retrouver dans les
appartements de sa maîtresse, là où enfin il pouvait être seule avec
elle, où il pouvait la désirer et la prendre comme bon lui semble.
Derrière lui il referma la porte et la verrouilla, maintenant plus
aucune raison d'attendre. Lui faisant face, il s'approcha rapidement,
l'enlaça et l'embrassa passionnément. D'abord sur les lèvres, puis les
doux lèvres chaudes de notre mortel se sont tranquillement dirigé vers
la nuque de sa maîtresse, puis vers sa poitrine. À genoux, comme un
parfait esclave, il dévêtit peu à peu sa maitresse afin d'embrasser le
corps parfait cette dernière. En quelques minutes, nos deux
protagonistes se retrouvèrent nues, l'un contre l'autre dans la couche
de la maîtresse.

Le corps glacial de la vampire, la chaleur du
mortel, les deux unis, ne formant plus qu'un. Les douces caresses de
Novak, la violence des ongles et des crocs de Sarbesco, violent et
sanglant... tendre et passionné. Ses lèvres contre les siennes, ses
longues mains d'artiste caressant les courbes de son corps. Quelques
doux murmures entre deux gémissement, des mots de tendresses au cœur
des lamentations du plaisirs. Un ''je t'aime'' murmurer qui fini par un
soupir jouissance.


''Je m'abandonne à toi... maîtresse...''

Lui
dit-il tout en l'embrassant follement. Bien qu'il ne soit pas poète, il
lui susurre lyriquement à l'oreille les plus tendre paroles de son âme.
Dévotion, passion, amour, ''je te veux'' ''je t'aime''. Dans toute sa
masculinité, Novak entre dans les portes sacrées de sa maîtresses où
seul lui peut pénétré. Tendre, mais agressif, il y va de plein fouet,
s'abandonne. La tendresse fais place à une agressivité érotique, mais
il ne va pas dans la vulgarité et la brutalité. Respectueux, il
souhaite partager ce moment avec sa tendre, son ange. Dominant,
confiant et au dessus d'elle, il la mordit doucement, puis la mort...
plus fort que normalement, s'étant laissé emporter. Sans doute
allait-il le regretter, ou bien peut-être que sa maîtresse jouira face
à se geste.
Revenir en haut Aller en bas
 
Passion et péché
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Comment votre entourage vit-il votre passion?
» D'un coeur brisé naîtra une passion dévorante [Aurore]
» On reconnaît la passion à l'interdit qu'elle jette sur le plaisir
» [Arcani] Une passion qui coûte cher
» Passion of Iris / Random Booster

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampires :: Chambre d'Ecaterina Sarbesco-
Sauter vers: